Accueil du site de l'ouraline.  
  Copyright | Webmaster | Plan du site | Légal | Liens  

l'origine de l'ouraline et du verre uranifère...
 

Visiter les galeries.
Voir


Visiter la bibliothèque.
Savoir

 

     
         
   

Pichet pour orangeade en cristal émaillé, d'époque NIII.

Historiquement, l'ouraline a été connue du grand public au XIX° siècle.
On en attribue la découverte dans les années 1830 à Josef RIEDEL, représentant la sixième génération de verriers établis à Polaun en Bohême (actuellement en Tchécoslovaquie).
En fait, la paternité en revient à Franz Xaver Anton RIEDEL (1786 - 1844) qui désigna le verre uranifère sous les noms d' « Annagelb » pour le verre dichroïque jaune (ouraline) et « Eleonorengrün » pour le verre dichroïque vert, les baptisant des prénoms de ses deux filles: Anna Maria et Eleonora.
Son neveu, Josef RIEDEL (1816-1894), entra dans l'entreprise familliale en 1830 et épousa sa cousine Anna Maria le 27 août 1840, prenant ainsi la direction de l'importante entreprise familliale. Dès lors, ne resteront que les appellations « Annagelb » et « Annagrün».

L’usage de l'oxyde uraneux comme colorant du verre (et de la porcelaine) avait déjà été décrit en 1807 par Martin Heinrich KLAPROTH, l’inventeur de l’uranium.
Il rapporte dans son « Dictionnaire de chimie » (ci-après la traduction française de M. BOUILLON-LAGRANGE et M. VOGEL de 1811) :
« L’oxyde d’urane se combine avec le verre et lui communique différentes nuances. Deux gros de silice préparée, un gros de potasse et dix grains d’oxyde d’urane ont donné à Klaproth un verre transparent d’un brun clair. Si dans les mêmes proportions on emploie de la soude en place de potasse, on obtient un verre opaque d’un gris noirâtre. Vingt grains d’oxyde d’urane fondus avec deux gros de silice, et autant de borax, ont donné un verre semblable à la topaze. Si l’on substitue au borax de l’acide phosphorique vitrifié, on obtient un verre opaque d’un vert de pomme qui ressemble à la chrysoprase.
Lorsqu’on fait fondre 10 grains d’oxyde d’urane avec 2 gros d’acide phosphorique vitrifié, il reste
un verre transparent d’émeraude. »

L’utilisation de l’urane en tant que colorant du verre était donc connue dès le début de 19ème siècle. Retenons qu’en plus des verreries RIEDEL, les verreries HARRACH (Bohême du Nord) et celles des monts SUMAVA (Bohême du sud) ont produit quasiment à la même époque, des verres uranifères.
Nous retiendrons donc que les premières ouralines ont été fabriquées dans les années 1830 et que leur composition était scientifiquement connue dès le début du XIXème siècle et expérimentalement depuis probablement fort longtemps.

En fait, le verre à l’urane le plus ancien actuellement découvert, date de l'an 79 après JC ; il s’agit d’un morceau de mosaïque romaine découvert dans la région de Naples en 1912. L’échantillon analysé à l’université d’Oxford montre la présence d’uranium, estimé à moins d’un pourcent de sa masse totale.

Certains auteurs mettent en doute la précision de l’analyse faite par les scientifiques anglais prétextant d’une part que l’uranium n’a été découvert qu’en 1789 et qu’il est très difficile de l’extraire de la pechblende et que d’autre part, si une telle invention avait été connue, pourquoi aurait-il fallu attendre plus de dix-sept siècles pour en redécouvrir les secrets de fabrication ?
Ces arguments sont recevables mais retenons que les verriers romains ont réalisées des prouesses techniques et artistiques que très peu de verreries de part le monde n’ont pu égaler avant le 19ème siècle.
Et s’il est vrai qu’il est peu probable que les romains possédaient les connaissances en chimie nécessaires à l’isolation de l’uranium, c'est à partir de l'autunite, et non pas de la pechblende, que Eugène Melchior PELIGOT, isole pour la première fois, en 1841, l'uranium «métal».
Les cristaux d’oxyde d’uranium qui recouvrent en partie l’autunite, ont une couleur et une fluorescence aux ultraviolets, identiques à celles de l’ouraline. Et autant de prime abord on ne peut suspecter dans la pechblende la présence d’un colorant «jaune» autant cela parait évident à la vue de l’autunite.
Quand à l’extraction des cristaux d’oxyde d’uranium de l’autunite, il suffit de les «gratter» pour qu’ils s’en détachent.

 

   
     
   
     
Continuer l'exposé.Pour en savoir plus :
Ouraline: un verre magique, une couleur mystérieuse.
Origine de l'ouraline et du verre uranifère.
Les premières ouralines fabriquées en france.
Les différentes appellations de l'ouraline et du verre uranifère.
Les objets en ouraline et les fabricants de verreries uranifères.
   
           
           
           
      Accueil    
 

 

 
Copyright | Webmaster | Plan du site | Légal | Liens